yosemite-mike
En voyage aux États-Unis, mon ami Mike a pris la photo que vous voyez au-dessus de ce texte : une majestueuse Voie Lactée (notre galaxie vue par la tranche) au sein du ciel nocturne du parc Yosemite en Californie. Quelle splendeur !
Cette très belle photo me rappelle hélas que ce spectacle gratuit est de plus en plus absent de nos vies : les éclairages urbains sont certes nécessaires, mais mal conçus et en surnombre ils génèrent une pollution lumineuse qui nous prive du véritable aspect que doit avoir la voûte céleste, notamment les jours où la Lune n’est pas là afin laisser la place au lointain, très lointain ! Avec la pollution lumineuse on perd donc une perspective essentielle, celle d’un ciel constellé d’étoiles qui sont autant de soleils avec peut-être des planètes et, qui sait, des civilisations. Le tout sans oublier cette bande laiteuse qu’est notre galaxie et qui nous remet un peu à notre place, nous donnant éventuellement l’occasion de prendre du recul et de réfléchir à l’inconsistance des bêtises qui font que les Hommes se disputent ou pire se font la guerre. L’astronome américain Carl Sagan avait été bien plus éloquent que moi avec son célèbre texte intitulé « un point bleu pâle ». Certes, il s’agissait de commenter une image de la Terre qui apparaissait comme un minuscule point au sein de clichés pris à 6,4 milliards de kilomètres par la sonde Voyager. Toutefois, la perspective est la même et elle est de plus en plus « dévorée » par la pollution lumineuse. Et c’est dommage.

En décembre 2013, au Chili, j’ai eu la chance de voir, comme Mike, un ciel qui offre un tel effet de perspective. C’est normal : j’étais non loin de l’observatoire du Paranal dans une zone désertique choisie car épargnée par la pollution lumineuse. J’ai fait la photo ci-dessous. Là aussi, la Voie Lactée domine et nous rappelle notre place au sein de l’Univers. Les deux « nuages » à droite sont les Petit et Grand Nuages de Magellan, en fait deux galaxies naines satellites de la nôtre et distantes de 150 000 à 197 000 années-lumière.

ciel-autral 6 - copie

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’observatoire du Paranal (avec notamment ses télescopes géants de 8,2 m) et aussi sur l’ALMA qui réunit une soixantaine de radiotélescopes perchés à 5 100 m d’altitude, toujours dans le désert de l’Atacama au Chili, regardez la vidéo ci-dessous que j’ai réalisée pour la Cité de l’espace.

Publicités